•  

    Patrice Lumumba, héros africain

     

    Assassinat de grands dirigeants africains par l'Etranger - Lumumba,voici 50 ans

    Un jeune étudiant camerounais m'a contactée. Je suis éblouie par ses dons : Pensée, écriture, maturité etc. Je propose son talent aux Editeurs. Des pistes ? Agone à Marseille (par ex pour l'hommage aux leaders africains engagés) ? Le Cerf à Paris (éditeur chrétien engagé) ? Nouvelle Cité ? Mille.et.une.nuits ? Ou encore ? Contactez-le... eva R-sistons

     

    2006-2011 : Etudiant (24 ans) en français, anglais et espagnol à l’Université de Dschang (Ouest Cameroun)
    Diplôme le plus élevé : Licence
    Occupation en 2012 : Ecrivain
    Adresse e-mail :  tsassephinees@yahoo.com     
    Ecrits : Les scandales du monde (roman non-publié)
    Les chemins de l’avenir (recueil de poèmes abordant les sujets sociaux, existentiels et politiques)
    Un recueil de nouvelles non-publié (titre non-arrêté).
    Les soldats de l’impérialisme (roman sur lequel je travaille actuellement)
    Ce que je projette écrire après le roman sur lequel je travaille :
    Un recueil d’hommages à quelques leaders africains qui ont lutté pour l’avancement de l’Afrique et qui ont été tués ou emprisonnés. (Titre non arrêté)
    Useless identities (identités inutiles) qui sera écrit en anglais, est un recueil de textes qui montrent comment au Cameroun, la tribu, le statut financier ou social…  conditionnent l’obtention d’un emploi, d’un service dans un bureau, etc. et comment l’Etat entretient cyniquement cette situation.
    Squandered generation (Génération gaspillée)
    Jésus, ma rançon

    http://www.larevolutionencharentaises.com/local/cache-vignettes/L250xH349/Complexe_medico-industriel-6daf4.jpg

     

    http://www.larevolutionencharentaises.com/local/cache-vignettes/L250xH349/Complexe_medico-industriel-6daf4.jpg

     

     

    Les scandales du monde est un roman (..) terminé depuis Novembre 2011.

             L’histoire se déroule dans une ville anonyme d’un pays anonyme. Elle commence avec le personnage principal qui se nomme Symel, un étudiant âgé de 20 ans qui passe la majeure partie de son temps à méditer sur la société, et ce sont ses méditations que l’auteur écrit au passé. Avec son ami Soal qui est étudiant comme lui, ils discutent, lisent et réfléchissent sur les problèmes du monde. Ils profitent des vacances pour lire un livre que Symel a acheté. Le livre est intitulé le chandelier.
    L’écriture de l’auteur alterne donc entre les méditations des deux protagonistes, leurs conversations et la lecture du livre acheté dans une bibliothèque de la ville (anonyme). 
    Les sujets abordés sont les suivants :  
     
    Système médico-industriel mondial soucieux de revenus plutôt que de la santé des personnes : 

    (…) En tout cas, Symel avait eu beaucoup de chance ; il avait vingt ans, et il n’était pas mort comme les autres enfants. Il était allé à l’école à l’âge de quatre ans, il se souvenait de ses camarades, de l’innocence de leur enfance. Il pensa à Vinie, c’était une fille  maladive et toujours pâle, elle n’était pas pleine de vie comme les autres enfants. Vinie était tout de même très intelligente. Vinie était brillante en toutes les matières, et ses capacités intellectuelles lui promettaient un avenir radieux. Elle était cependant gravement malade. Souvent, quand on la regardait, dans ses petits yeux brillait l’envie d’être aussi forte que les autres. Elle voulait jouer comme les autres enfants, mais Vinie était impuissante. Elle était privée de cette vie gaie que les autres enfants avaient. Son absence à l’école était régulière, et il arriva un temps où elle ne venait même plus. Elle resta deux mois à la maison, puis revint à l’école pour quelques semaines, et finalement elle ne vint plus. Quelque temps après, Vinie mourut. Elle n’avait que six ans. Le lendemain de sa mort, la maîtresse demanda à toute la classe une minute de silence en sa mémoire. Symel se souvint qu’il pleura. La maîtresse avait dit qu’elle était morte d’une leucémie, mais Symel ne comprit rien à ce mot-là. Une leucémie, il savait au moins que c’était une maladie, et que toute maladie se traitait dans un hôpital. En plus, il avait appris qu’elle était morte à la maison, parce que ses parents n’avaient pas eu assez d’argent pour la maintenir hospitalisée.  
    Cette minute de silence, il la trouva coupable. Il eut honte de son pays, car on y vendait la santé à prix d’or. Seuls les riches avaient la chance de vivre. Tant pis pour Vinie si elle avait eu envie de vivre. (…)
    (…) Ils marchaient à pas lents, tantôt côte à côte, tantôt l’un derrière l’autre. Les chambres étaient des deux côtés des couloirs, certaines avaient des portes et d’autres pas. Ils passèrent devant une salle où il y avait plusieurs malades couchés, et ces malades étaient trop nombreux pour cette salle-là. L’air était horrible dans cet hôpital, il sentait le moisi, les produits et les médicaments. Chaque inspiration était un supplice. S’il n’y avait pas eu les fenêtres qui étaient tout de même insuffisantes, il aurait été impossible de respirer. Le système de ventilation fonctionnait cahin-caha dans les salles des malades - certaines devant en disposer n’en n’avaient même pas - mais dans les bureaux des médecins et des chefs de l’hôpital, il fonctionnait à merveille. Des techniciens venaient presque tous les mois pour parfaire le fonctionnement des machines.
    Peu importait si les malades crevaient de chaleur, s’ils étaient parqués comme des vivres sur une étale, s’ils désiraient un peu d’intimité. Ils n’avaient qu’à guérir vite et rentrer chez eux. Mais pouvaient-ils guérir dans cet hôpital ? Ils étaient au milieu d’une insalubrité inouïe, d’une laideur maladive. Les malades se sentaient ici dans l’antichambre de la mort. Il était banal qu’ils meurent par manque de soins, parce que les médecins étaient peu nombreux. Des  centaines de malades n’avaient pour espoir de survie que quelques médecins, qui parfois affichaient des attitudes répugnantes envers eux. Etait-ce à cause de l’excès de travail et de stress ? Peut-être oui, mais c’était aussi parce que certains médecins avaient ce mauvais caractère comme seconde nature. Ces trois raisons pouvaient faire beaucoup de mal à ces malades qui avaient besoin de confort et de paix. (…)
    (…) Assurément, dans cet hôpital, le médecin s’adressant parfois à certains malades, faisait un discours plein de connotations, de suspenses, de réconfort rempli d’angoisse, et à la fin lançait : « Désolé, on ne peut plus rien pour vous » ou encore « Désolé on ne peut plus rien pour lui ». Oui, pour le médecin c’était toujours difficile de dire la vérité au malade, il préférait la dire à la famille du malade ou à un proche de ce dernier. Ces phrases étaient le plus souvent les conséquences d’une pénurie, d’une inexistence de médicaments ou d’appareils médicaux. Pendant ce temps, d’énormes sommes d’argent étaient déboursées pour construire des murs afin de séparer des peuples, ou encore pour acheter des armes afin de tuer des hommes. Parfois, c’était aussi la phrase : « Ici, nous ne pouvons rien pour vous ; vous devez être transporté ailleurs ». Les médicaments et les appareils médicaux se trouvaient ailleurs, la santé aussi. Les hôpitaux manquaient de moyens pour des soins banals, et ils comptaient sur l’ailleurs qui n’existait parfois pas. C’était lamentable ! Si le malade mourait, surtout avec tout ce qui signifiait être transporté ailleurs, il n’allait être qu’un cas parmi tant d’autres. Transporter ailleurs signifiait avoir les moyens, gérer l’urgence, souffrir le mauvais état des routes, supporter la pléthore de demandes paperassières pour le transport. Il fallait parfois aller hors du pays ; c’était la globalisation, aussi limitée que ses treize lettres, elle ne pouvait pas communiquer des médicaments ni des appareils aux hôpitaux qui n’en avaient pas. « Désolé on ne peut plus rien pour vous », « Vous devez être transporté ailleurs ». Ces phrases sonnaient ordinaires, mais c’était le début de l’angoisse, du supplice pour le malade qui savait qu’il allait mourir. Savoir qu’on va mourir est une souffrance pire que la mort elle-même. Savoir qu’on ne reverra plus son père, sa mère ou son frère… pour la famille une attente dure à subir, trop dure, pour le malade, plus que mortel.
    Mais c’était facile pour ceux qui pouvaient changer cet état de choses, de faire du médecin leur porte-parole malgré lui. Après avoir répété d’innombrables fois les phrases morbides, les médecins ne s’étaient jamais habitués, puisque c’était toujours difficile de dire à un malade qu’il allait mourir. Mourir parce que le médecin ne pouvait rien pour lui,  parce que ses mains étaient attachées d’en haut. (…)
    (…) Symel se demanda ensuite pourquoi certaines maladies avaient des remèdes et d’autres pas. Pourquoi les chercheurs trouvaient certains remèdes et semblaient laisser d’autres maladies sévir de longues décennies sans remèdes ? Il y avait des maladies qui exterminaient des millions d’hommes, de femmes et d’enfants, mais ces maladies n’avaient pas de remèdes, elles n’avaient que des palliatifs. On ne guérissait pas de ces maladies-là, sinon par chance, et Dieu seul sait si la chance existait dans ce pays. D’autres maladies menaient directement à la mort ; il n’y avait rien pour rendre moins virulentes leurs manifestations.
                    Ces maladies qui tuaient, pourquoi prenait-on tant de temps à les arrêter ? Celles pour lesquelles on avait trouvé des palliatifs, pourquoi jusqu’ici n’avait-on pas trouvé des remèdes définitifs ? Avait-on intérêt à laisser sévir ces maladies ? N’était-ce pas pour continuer à se faire du fric en vendant les palliatifs, que de trouver des remèdes qui allaient guérir une fois pour toutes ? Des questions ! Symel se dit qu’il en posait trop, mais il continua quand même. A qui profitait ce crime ?
    Il y avait des maladies qui n’avaient pas de remèdes. Celles qui menaient à la mort illico. On se souciait à peine de ces maladies-là. Ceux qui allaient en mourir avaient toujours droit à leur minute de silence. C’était encore pire quand ces dernières sévissaient dans ces parties pauvres du monde. Les endroits pauvres ne contenaient que des gens pauvres. Si donc on produisait un remède, avec quoi ces pauvres allaient-ils l’acheter ? Pour les entreprises et les laboratoires, il fallait être rentables. La rentabilité de l’entreprise : dans les grandes écoles d’économie, on avait enseigné cela. Il fallait faire du profit ;  malheureusement, les malades pauvres n’offraient pas cela. (…)
                    (…) -Vive la rentabilité ! s’exclama Symel.
                    -La rentabilité ? demanda Soal.
    Symel comprit qu’il avait pensé à haute voix.
                    -La mortalité ! rectifia-t-il maladroitement, rentabilité et mortalité, ça rime n’est-ce pas ?
                    -Oui et pourquoi ? demanda Soal en le regardant curieusement.
                    -C’est la vie Soal, je fais juste des vers, dit Symel.
                    -Tout va de travers et toi tu fais des vers ?
                    -Non, ce ne sont pas de simples vers, suis-moi entre les lignes Soal, ce que je dis n’est pas innocent, tout est coupable autour de nous.
                    -Tu délires, dit Soal avec un sourire au coin de la bouche.
                    Le silence tomba à nouveau entre eux et Symel se remit à méditer.
    Toutes les lois de l’économie capitaliste, enfin presque toutes, recherchaient le gain  au mépris de la personne humaine. Les laboratoires pharmaceutiques existaient en grand nombre, et parmi eux, il y en avait qui ne recherchaient que le gain et se fichaient de l’humanité. Symel imagina qu’il y en avait qui étaient certainement capables – il en était sûr - de produire des médicaments qui traitaient une maladie et en même temps provoquaient une autre. Une autre pour laquelle ils fabriquaient encore un médicament et le cycle recommençait. Il se dit qu’il avait exagéré et il se rétracta. Non, il n’avait pas exagéré, tout était désormais possible dans cette société, le libéralisme avait rendu tout pratiquement possible. La rentabilité ne demandait qu’une régularité de la clientèle. En réalité, c’était la dépendance médicale que les entreprises recherchaient. Pour avoir une clientèle fidèle, la publicité était l’arme la plus contraignante et la plus facile à utiliser. A la télé, à la radio, ou sur les affiches, la publicité ne disait pas par exemple que la solution contre la fatigue c’était un bon repos ni que pour lutter contre l’obésité, il fallait manger moins gras et faire beaucoup d’exercices… Tout se réglait par des cachets, des pilules, des breuvages. Le stress avait son cachet, la beauté, le bronzage, même la transpiration… On était loin d’imaginer le résultat. Tous ces cachets et médicaments chimiques apportaient beaucoup de problèmes pour lesquels il y avait toujours des cachets. Les clients dépendants étaient très rentables. Les médicaments nocifs pullulaient aussi, mais la loi du profit faisait passer cela sous silence, et leur nocivité n’était avouée qu’après d’immenses dégâts. Certains produits pharmaceutiques faisaient l’objet de contrôle complice, et parfois d’aucun contrôle de la part des instituts de surveillance médicale. Ces produits  étaient déversés sur le marché et les conséquences étaient graves. Les malades étaient rendus encore plus malades, et les plus malades rendus cadavres. Quand cela arrivait et que la pression des victimes recevait assez de soutiens pour  être forte, on leur donnait leur minute de silence et puis, on les indemnisait. Indemnités plus quelques personnes qui étaient poussées à la démission ou à la prison, et puis la vie continuait. Ceux qui n’allaient plus jamais se lever d’une chaise roulante, ceux qui étaient déjà morts,  tous ces gens condamnés par des médicaments-poisons, on avait volé leur avenir. Une fille au visage angélique, amoureuse des monts, n’allait plus jamais gravir une montagne, ses seuls soutiens allaient être ses béquilles. Un garçon robuste, naguère plein de vie, était couché dans un lit pour le restant de ses jours. Son rêve était d’être pilote.
    Dans cette société, on n’était nullement assuré d’être en santé. (…)

    http://exdisciplesleblog.unblog.fr/files/2007/05/6vjj0vpe.jpg
    http://exdisciplesleblog.unblog.fr/files/2007/05/6vjj0vpe.jpg
     
    Une analyse des médias et de la propagande qu’ils véhiculent :
    La politique conçue par les puissants pour priver les peuples de pouvoir
    Une critique de l’éducation fabriquée pour dominer les peuples
    Les inégalités dans le monde et les politiques subtiles qui les entretiennent
    La pauvreté dans le monde
                (..)   « Univers fétide. Le Monde est si grand, mais il ne parvient pas à nourrir son petit monde. La faim est devenue chronique, et ses manifestations sont alarmantes ».
                    Soal se leva du lit, se frotta les yeux, puis alla s’asseoir à sa table de lecture et continua
    Les hommes en armes : exécutants dociles des ordres criminels des puissants
    La léthargie des peuples face aux scandales des puissants
    Appel au réveil des peuples
    Instrumentalisation de la religion chrétienne, et l’importance du message de la Bible pour un monde meilleur.

                    (…) Malheureusement, il y avait des gens qui avaient bafoué son essence et trahi sa mission. Ils avaient tordu son message pour atteindre et défendre leurs intérêts égoïstes. Ils interprétaient faussement son message pour commettre des abominations, pour aller religieusement à la guerre.
                    Avec la bible, on créait de  multiples religions, afin de commettre les crimes que la bible condamnait. Tout cela, La bible l’avait déjà prévu. Quel livre ! Ce livre de paix, d’intégrité et de dignité, était utilisé à des fins criminelles, pour des politiques antipopulaires et pour le commerce.
                    Le business religieux était juteux. Pour s’enrichir, il fallait créer une dénomination religieuse, simuler une foi, édulcorer la vérité amère de la bible – amère pour les coupables - flatter les fidèles et s’approprier les offrandes, les dîmes et les collectes.
                    La religion avait créé l’Etat le plus riche du monde, et ce dernier, ses ministres et son chef, vivaient grassement des offrandes des milliards de fidèles. Ces fidèles venaient à l’église en quête de paix, avec l’ardent désir d’avoir une relation avec Dieu. Ces foules innombrables affluaient dans les églises pour le salut de leurs âmes, mais on les dupait, et on se moquait cyniquement d’elles. (…)
                    (…) Esaïe 48 ; 17-18 disait : « …Moi, l’Eternel, ton Dieu, Je t’instruis pour ton bien, Je te conduis dans la voie que tu dois suivre. Oh ! Si tu étais attentif à mes Commandements ! Ton bien-être serait comme un fleuve, et ton bonheur comme les flots de la mer ».
                    Loin de l’idée que Dieu puisse tout faire à la place des hommes, le plus important c’est que les hommes associent Dieu à tous leurs projets. Que les hommes reviennent - de tout leur cœur - à cette dimension de la véritable spiritualité qu’ils ont trop longtemps négligée. Cette spiritualité est l’ingrédient le plus important dans le combat pour la liberté.

    NB : En dehors de ces thèmes généraux, des sous-thèmes  sont aussi abordés..

    tsassephinees@yahoo.com 



    http://profile.ak.fbcdn.net/hprofile-ak-snc4/23284_115370098480018_7420_n.jpg
    http://profile.ak.fbcdn.net/hprofile-ak-snc4/23284_115370098480018_7420_n.jpg
    .
    .
    Ici, ce que cet Etudiant talentueux pense des médias :
    .

    votre commentaire
  • Coup de coeur d'eva pour ce blog magnifique,

    d'un grand penseur,

    d'un grand écrivain,

    bref d'un auteur.

    Un vrai !

    Homme épris de paix, de vérité, de justice.

    Comme moi.

    Nous étions faits pour nous rencontrer...

    eva R-sistons

    http://bab007-babelouest.blogspot.com

    Se souvenir des guerres, pour les rejeter. Souvenir de TOUS les conflits

    Se souvenir des guerres, pour les rejeter


    st_barthelemy
    Le 11 novembre sera une fois de plus le jour de repenser aux morts et disparus d'il y a bientôt un siècle. Actuellement, beaucoup d'entre nous encore ont connu des témoins directs de ce qui s'est passé là, avec une violence inouïe dont la terre est a jamais marquée comme du côté de Verdun.

    Quand ceux qui ont connu les rescapés de cette guerre de 1914-1918 si meurtrière auront disparu, soit dans quarante ou cinquante ans, que deviendra le souvenir de cette boucherie ? Dans notre pays, c’est également le souvenir des guerres d’Indochine et d’Algérie qui sera marginalisé, ainsi bien sûr que la mémoire de l’occupation. Ce seront des cerveaux vierges qui resteront, ouverts à toutes les propagandes faute de repères.


    http://maisquiestarbon.over-blog.com/article-devenir-poilus-38840503.html

    Si l’Histoire n’est pas correctement enseignée
    aux nouvelles générations,
    toutes les manipulations deviendront possibles.
    . 

    Or cette matière essentielle est désormais considérée comme un luxe superflu par les ignares au pouvoir, puisque, comme la philosophie, elle entraîne à réfléchir.
    .
    Le relèvement de la TVA sur la culture n’est pas un fait anodin : devenue trop dispendieuse pour des citoyens de plus en plus appauvris, elle sombrera dans un néant d’où il sera très difficile d’émerger à nouveau.
    .

     

    C’est pourquoi plus que jamais, un jour du souvenir des conflits, de tous les conflits, devra être au contraire renforcé.
    .

    http://www.farac.org/php/IMG/jpg/Poilus.jpg
    http://www.farac.org/php/IMG/jpg/Poilus.jpg
    .
    .
    Le 11 novembre est une bonne date : peu de temps après la commémoration des morts en général le 2 novembre, ce point d’orgue nous rappellera que c’est par dizaines, voire centaines de millions que la folie de quelques hommes ivres de pouvoir et de culte de l’argent aura conduit au trépas nos frères humains. Il faudra que cette commémoration tienne compte de toutes les guerres, les plus fratricides comme les guerres de religions, aussi bien que les plus lointaines comme l’invasion de l’Amérique par l’homme blanc.
    .
    http://bab007-babelouest.blogspot.com/2011/11/se-souvenir-des-guerres-pour-les.html
    .
     

    http://freedom-of-speech.over-blog.com/article-ii-faits-d-horreur-le-christianisme-52036219.html

     

    .

    Messages les plus consultés

    • A 25 ans trop jeune, à 35 ans trop vieux, à 30 ans manquant d'expérience, à 40 ans en ayant trop, le chercheur d'emploi a toujours tout ...
    • Il ne faut pas confondre. Vous avez "l'Europe", ensemble complexe, aux climats, aux langues, aux cultures très variés, mais conscient ...
    • le 07/03/2011 05H43 Quelle histoire ! Tout le Maghreb est en ébullition, les pays  limitrophes des golfes arabique (Mer Rouge) et pers...
    • 22/01/2011 20h49 POMPIDOU AU BAN DE LA NATION On a traîné dans la boue Louis-Ferdinand Céline, pour les pamphlets qu'il a commis, et do...
    • L'Histoire se répète-t-elle ? Les conflits du monde semblent toujours être le terrain de jeu de "hauts" personnages qui envoient au cass...
    • Il y a une nécessaire solidarité qui va de pair avec l'anarchie . Celle-ci est une sorte de retour aux temps anciens où tout le monde é...
    • Entre la bonne volonté évidente des militants au PS, et l'aussi évidente posture de leurs dirigeants, qui votent consciencieusement en fav...
    • Une fois de plus, sur les sites de discussion, des contributeurs, peut-être encartés au FN, mettent sur un pied d'égalité MLP et JL Mélenc...
    • mercredi 5 octobre 2011 Que ce soit sous la forme d'un zébu, d'un homo sapiens sapiens ou d'un orang-outang, toute créature qui vit par...
    • Le 8 août 2011 Robert Freeman, le 8 août, rappelle dans un billet publié sur Le Grand Soir   que les bombes A lancées sur Hiroshima le 6 ...

    votre commentaire
  •  

     

    Arthénice, par ses engagements pour un monde meilleur,
    est notre soeur à tous.
    Attention, magnifique enregistrement !
    .
    Big-Bang-verbal-couverture.jpg
    Arthénice nous fait un magnifique cadeau 
    ce 28 octobre 2011

    Un album dont elle a taillé et ciselé chaque mot de chacun des 13 textes qu’elle interprète, dont elle a inventé chaque mélodie.
    Oui, cet album est le nôtre.
    Tellement le nôtre !
     
    Il s’est nourri quotidiennement de nos articles, de nos enquêtes, de nos engagements, de nos devoirs quotidiens pour établir la vérité.
    « Vous avez tellement élevé mon niveau de conscience, de connaissance, de lucidité » déclare Arthénice.
    « Oui, c’est à vous que je le dois, et c’est à vous que je le dédicace. »
     
    Alors, tout comme chaque jour elle passe le relais de l’information, soucieuse d’élargir le champ de lucidité et de conscience des autres, elle s’autorise à vous demander de transmettre ce lien vers ce BIG BANG VERBAL (www.bigbangverbal.com) qui est une véritable reconnaissance de notre propre combat pour la vérité, et de son engagement à nos côtés pour inviter, voire exhorter les Hommes à se réveiller et se lever pour vivre debout et donner un avenir à leur futur.
     
    Faites-vous un incommensurable plaisir, en allant l’écouter et la voir dans une vidéo imaginative et astucieuse pour dénoncer le Pouvoir des Mots !
     
    ·         sur YouTube : BIG BANG VERBAL 
    .
     
    ·         sur Dailymotion:
     
    ·         sur vimeo :
    .
     
    Elle nous fait savoir qu’en 2012, auront lieu les premiers concerts.
     
     Nice Heart Productions

    cathy-portrait-recent.jpg

     

     

    .


    votre commentaire
  •  

    13ème édition de L’Autre Salon ! Salon de l’édition et des médias indépendants

    13ème édition de L’Autre Salon !

    - Salon de l’édition et des médias indépendants - 5 & 6 novembre 2011 au Centre Édouard-Brenot à Grigny (69)
    LA DÉSOBÉISSANCE

    Cette année, retrouvez 30 éditeurs, 3 libraires indépendants, 9 médias alternatifs, et les auteurs, Michel Besnier, Lionel Bourg, Jean-Marc Desgent, Charles Maestracci et Valère Staraselski... tous inspirés ou touchés, de près ou de loin, par le thème de cette nouvelle édition : la désobéissance.

    Dans une ambiance festive avec comédiens et musiciens, L’Autre Salon !, entièrement gratuit et ouvert à tous, se tiendra au Centre Édouard-Brenot de Grigny (69), le samedi 5 et dimanche 6 novembre.

    Des spectacles, des ateliers, des tables rondes, des lectures, des animations mais aussi des projections de films, vous attendent, invitant jeune et moins jeune à découvrir et à s’intéresser aux éditeurs et médias indépendants.

    « L’Autre Salon ! n’est pas un salon « contre », mais bien plutôt un salon « pour ». Pour les promesses de l’aube, la libre expression et la création artistique ! » Thierry Renard, Directeur de l’Espace Pandora.

    L’Autre Salon ! est organisé par la Ville de Grigny, à l’initiative de son maire René Balme, avec le concours de l’Espace Pandora.

    AU PROGRAMME

     ! SAMEDI 5 NOVEMBRE 2011

    11h :
    Inauguration du Salon par René Balme, maire de Grigny

    Remise du Prix Léo Ferré 2011 à Marie-Noël Rio pour son livre Paysages sous la pluie (Les Editions du Sonneur, 2011)

    Lancement de l’opération C’est mon livre !
    La Ville de Grigny offre, à tous les élèves de maternelle et des classes élémentaires de la commune, un livre sur présentation de l’invitation au Salon. Un livre, pour s’évader, ressentir et découvrir.
    Stand de la Ville de Grigny, les 5 et 6 novembre.

    Vernissage des expositions

    Archéologie du Presse-purée de Patrick Sapin

    Exposition atypique de onze presse-purée ayant appartenu à des célébrités, accompagnés de textes et photos relatant leurs histoires.

    Un prolétariat rêvé de Jean-Claude Seine

    Cette exposition présente les photographies en noir et blanc de Jean-Claude Seine, qui ont donné lieu au livre Un prolétariat rêvé (La passe du vent, 2010) et inspiré le texte de Lionel Bourg. Elles nous révèlent « des visages, une France de labeur et de combats ».

    12h : ç Buffet et visite guidée décalée du Salon par Christian Gilbert

    14h30 : ç Lecture d’extraits du livre primé Paysages sous la pluie (Les Editions du Sonneur, 2011) par la lauréate du Prix Léo Ferré 2011, Marie-Noël Rio.

    15h15 : Spectacle jeune public Pour offrir un livre, Compagnie Ephémère

    Duo de danse, lecture et théâtre d’objets pour petits et grands. A partir de 8 ans. ç Un spectacle visuel où les sensations secrètes du lecteur sont précieusement dévoilées. ç Un univers enchanté où le livre, manipulé avec malice, est un moyen de transport fulgurant, où le rapport à la lecture prend corps !

    Table ronde : L’art a-t-il besoin de permis ?
    En présence de l’écrivain Jean-Marc Desgent et des artistes Yves Henri et Jean-Claude Seine.

    16h30 :
    Table ronde : Il faut savoir désobéir !
    En présence de René Balme, de l’auteur Lionel Bourg, des éditions Le passager clandestin et de Maxime Vivas, du site Internet le Grand Soir.

    18h30 :
    Lancement de La Nuit du doc
    Projection du film Un soir d’été, un étranger en présence du réalisateur Olivier Bertrand

    Une soirée consacrée à la projection de documentaires poétiques ou politiques, connus ou inconnus, courts ou longs, pour agir, réagir, réfléchir et échanger.

    Pour lancer cette Nuit du doc, le réalisateur Olivier Bertrand nous présentera son film
    Un soir d’été, un étranger (2007, 46 min, Couleur).
    Dix ans plus tôt, des habitants d’un village d’Ile-de-France avaient caché un immigré clandestin marocain dans leurs greniers. Dix ans plus tard, le réalisateur revient dans ce village, pour essayer de comprendre pourquoi ils ont ouvert leurs portes. Qu’est-ce qui fait que l’on entre en illégalité et en résistance ?
    Avant la projection, à 20h, des documentaires Putain d’usine (Rémi Ricordeau), Kokopelli (Vivé), Un regard sur Bernard Noël (Thésée), etc.

     ! DIMANCHE 6 NOVEMBRE 2011

    13h30 :
    Ouverture du Salon avec le duo Kiftélélé

    14h :
    Lecture - rencontre et restitution des ateliers d’écriture avec Michel Besnier
    En résidence à Grigny, le poète et romancier Michel Besnier nous proposera une lecture en présence de comédiens, avant de nous dévoiler le travail réalisé en atelier avec les établissements scolaires de la ville.

    15h25 :
    Carte blanche aux éditions Le passager clandestin

    Cette jeune maison d’édition indépendante, qui se définit comme « curieuse, parfois polémique, mais toujours engagée et citoyenne » nous parlera de ses convictions et de ses coups de coeur, coups de gueule, et de leur collection « désobéir », pour mieux nous faire comprendre son rôle et ses missions dans la société actuelle et sa façon, bien à elle, de désobéir.

    16h20 :
    Table ronde : Quelle éthique, quelle critique dans le monde médiatique ?
    En présence de l’écrivain Valère Staraselski, de la M@ison de Grigny, des médias Fakir Presse et L’Envolée.

    17h30 : Cabaret littéraire Grigny fait son chat noir en compagnie du duo Kiftélélé

    En clôture du Salon, le cabaret littéraire et musical Grigny fait son Chat noir.
    Les écrivains invités donnent de la voix, et surtout du sens à ce qu’ils profèrent, ce qu’ils dénoncent... accompagnés par le duo Kiftélélé, petit taraf et grand barouf. Poésie et ambiance assurées.

    L’Autre Salon ! - 5 et 6 novembre 2011 - Centre Édouard-Brenot, 5 rue Waldeck-Rousseau, 69520 Grigny.
    Ouverture des stands du Salon : le samedi de 11h à 19h, et le dimanche de 13h30 à 19h.
    Gratuit et ouvert à tous.

    RENSEIGNEMENTS :
    ESPACE PANDORA
    04 72 50 14 78
    espacepandora@free.fr
    http://espacepandora.org

     

    .

     

    http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article5335#forum16866


    votre commentaire