• ,

    Afficher l'image d'origine

    Des chimpanzés de laboratoire retrouvent la liberté. Bouleversant

    Ces singes n'étaient plus montés à un arbre depuis parfois plusieurs dizaines d'années. Pour eux, l'arrivée dans ce sanctuaire est donc un véritable choc.

     

    S’il fallait une vidéo pour illustrer le sentiment de liberté, celle-ci ferait parfaitement l’affaire. Nés au coeur de la vie sauvage, ces chimpanzés ont été capturés et ont passé la majeure partie de leur vie enfermés dans des cages de laboratoire. Alors forcément, pour eux, le jour de la libération est un choc, une joie… et un moment très particulier ! Des images bouleversantes.

    La scène qui va suivre a été filmée au Chimp Haven, un sanctuaire recueillant les chimpanzés après leur triste carrière de cobaye. On y observe un groupe de singes retrouvant pour la première fois leur liberté de mouvement après une vie d’enfermements à subir des tests, isolés de leurs congénères.
    Observez leurs réactions à ce moment précis. C’est à la fois très beau… et terriblement poignant.

    Dans ces images, le plus fort est sans doute ces moments où les uns et les autres se touchent et se sentent, renouant ainsi avec des sensations oubliées et rétablissant des liens perdus. Comme si c’était ça qui leur avait le plus manqué : un contact…

     

    Alors, certes, on aurait préféré voir ces chimpanzés retrouver leur milieu naturel et la liberté totale de la vie sauvage Mais, comme le souligne Sarah Kattinger, qui a travaillé au Chimp Haven, ce serait parfaitement impossible. Voici un extrait du témoignage qu’elle a livré sur Youtube :

    « Après tout ce qui leur est arrivé, ces chimpanzés ne peuvent pas retourner à la vie sauvage. C’est pour ça que le Chimp haven a été créé, afin qu’ils passent le reste de leur vie dans le milieu le plus naturel possible.
    Ce qu’ont vécu ces chimpanzés est très triste. mais c’est très impressionnant de voir comment ils peuvent changer dès qu’ils quittent les laboratoires.
    Alors qu’ils étaient encore plus abîmés qu’on ne peut l’imaginer, ils apprennent à nous faire confiance, à grimper aux arbres, à établir une hiérarchie sociale.
    Ils sont aimés par tout le personnel du centre. Demandez à Mamie, qui va avoir 61 ans, qui aime la vie et qui pourrait bien vivre 10 ans de plus… »

    On n’y est tellement habitué qu’on l’oublie parfois : la liberté est ce qu’on a de plus précieux. Et ce sont des singes qui, ici, nous le rappellent… Bizarre, mais c’est comme ça.

    http://positivr.fr/stupefaits-chimpanzes-de-laboratoire-retrouvent-liberte-scene-bouleversante/

     

    Crédit photo : source

     

    Voir aussi

    En Corée du Sud, cette femme a sauvé 200 chiens de l'abattoir

     


    votre commentaire
  • ,

    « 12 Minutes » : la web-série qui s’invite

    au cœur des actions militantes

    19 mars 2016 /

    Face à une bureaucratie souvent lente et à des lois

    parfois à contre-courant de l’intérêt collectif, des

    citoyens du monde tentent d’apporter leur aide en

    proposant des actions concrètes, à leur échelle.

    Grâce à des manifestations publiques ou des

    actions individuelles, au sein d’un collectif humanitaire

    ou de façon autonome, ces hommes et ces femmes

    donnent de leur temps pour des causes qui leur

    semblent justes et fondamentales. Le photographe

    et réalisateur Dakota Langlois s’est donné pour

    mission de documenter ces initiatives engagées

    et inspirantes dans sa web-série documentaire

    « 12 Minutes ».

     

    Dakota Langlois est un vidéaste français de 29 ans,

    originaire de Lyon. Engagé et militant pour les causes

    sociales, animales et environnementales, il a choisi de

    mettre à profit sa maîtrise des techniques audiovisuelles

    pour interpeller l’opinion publique sur des sujets de

    terrain. Il a alors créé la série « 12 Minutes », un nouveau

    concept de web-documentaire mensuel qui donne un

    temps de parole aux véritables acteurs du changement

    et aux oubliés du monde moderne, trop souvent délaissés

    par les médias.

    ...

    « Au final, on est tous SDF quelque part… »

    – Youcef, Episode 3

     

    La série a vu le jour au mois de janvier 2016, et trois épisodes

    sont d’ores et déjà disponibles gratuitement sur Youtube.

    Ainsi peut-on suivre de l’intérieur les combats menés par

    l’association 269Life, protectrice des animaux, ou par la

    Croix-Rouge, qui aide les sans-abris pour que chaque

    hiver soit un peu moins rude. Mais, dans le tout premier

    épisode, on peut aussi suivre le quotidien d’Atika,

    qui se bat de façon totalement autonome, avec son

    maigre salaire, pour nourrir les centaines d’animaux

    domestiques abandonnés dans la ville de Rabat,

    au Maroc.

    Des images touchantes par leur sincérité et leur vérité,

    qui plongent le spectateur au cœur des actions menées par ces nouveaux héros ordinaires. Sans jugement, sans fatalité, Dakota

    Langlois représente alors une société lucide et désenchantée,

    celle-là même qui a choisi de faire de sa vie un combat pour

    vivre dans un monde plus juste. De manière générale, les

    prises de vue sont saisissantes et le montage de grande

    qualité, sans commentaire, à la manière d’un traditionnel

    « Strip-tease« , l’émission qui déshabille…

    ...

    « Ils ne trichent pas, ils m’aiment de bon cœur…

    Et moi aussi je les aime »

    – Atika, Episode 1

     

    Vous pouvez ainsi voir ou revoir tous les épisodes de

    « 12 Minutes » en vous rendant sur la chaîne Youtube

    dédiée, et vous renseigner sur la prochaine sortie des

    épisodes sur la page Facebook. Ce projet étant entièrement

    indépendant, vous pouvez également soutenir leur équipe

    en faisant un don ici. Une très belle initiative qui, on l’espère,

    encouragera d’autres élans de solidarité de ce genre.


    Source : Interview de Dakota Langlois par www.mrmondialisation.org

     

    https://mrmondialisation.org/12-minutes-la-web-serie-qui-sinvite-au-coeur-des-actions-militantes/


    votre commentaire
  •  

    Un musicien chante la Palestine, Djamy Ross. Sublime !

     

    .

     

     

    Un musicien chante la Palestine, Djamy Ross. Sublime ! .

     

    .


    votre commentaire
  •  

    .

    gif-anime-chat-souris-jeu

    .

     


    votre commentaire
  • ,

    Pardon pour les caractères si petits, si je les grandis, les lignes se chevauchent, c'est illisible (eva)

    Antonio Maceo ( 1845- 1896) Héros de la lutte pour l'indépendance
     

    Cuba: un pays qui sait faire face au terrorisme

    Pour le MS21, les événements tragiques que la France a connus ces derniers mois doivent nous inciter à regarder comment et avec quel succès d’autres pays ont géré des circonstances analogues. A cet égard Cuba est emblématique car ce pays vit depuis  56 ans sous la menace d'attentats terroristes. Alors voyons simplement comment vivent les Cubains confrontés à cette menace permanente. Il ne s'agit évidemment pas de prendre Cuba comme un modèle que la France devrait copier, car chaque État doit faire face  selon sa propre histoire, sa culture politique, ses institutions et ses lois. Mais en matière de sécurité aussi, il faut se garder de s’inféoder à une pensée unique souvent guidée par la peur, le court-termisme et le marché. Le texte qui suit n'a pas pour but de donner des recettes pour combattre le terrorisme, il évoque un exemple parmi d'autres …

                      Rappel historique 

    En janvier 1959, la révolution castriste a renversé et chassé le dictateur Battista; révolution qui rendit furieuses les classes dominantes cubaines et étasuniennes. Furieuses par la perte de leurs prérogatives, mais aussi et surtout par le dangereux exemple que donnait cette révolution aux yeux de millions de personnes dans le monde. Pour les riches exilés cubains réfugiés à Miami, il fallait donc à tout prix renverser ce régime honni et ils ont toujours eu le soutien des Etats-Unis pour mener ces tentatives de déstabilisation. Elles commencent dès le mois de juillet 1960 par une guerre économique : Washington cesse pratiquement toutes ses importations de sucre en provenance de Cuba. En janvier 1961 c'est la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays

    En avril 1961, 1500 mercenaires entraînés et armés par la CIA débarquent à Cuba dans la baie des Cochons afin d'envahir l'île et de renverser le gouvernement. En moins de 72 heures les envahisseurs sont mis en déroute et la plupart sont fait prisonniers. Cette victoire est celle du peuple cubain bien organisé dans des milices populaires, une armée et une police révolutionnaires.

    En février 1962 l'administration Kennedy ordonne un embargo total sur le commerce avec Cuba, embargo toujours en vigueur aujourd'hui !  

    En 1962, Cuba menacé d’invasion par Washington, se tourne vers l’URSS et accepte l’installation de missiles soviétiques. Le monde se trouve alors au bord d’une déflagration nucléaire. Après quelques jours de tension, les missiles seront renvoyés en URSS contre la promesse faite par les Etats-Unis de ne plus chercher à envahir Cuba.

    Entre 1959 et 1965, une campagne de sabotages et de terreur cause des centaines de morts dans la population cubaine. Environ quatre mille “bandidos” ont incendié des champs de canne à sucre, dynamité des entrepôts à la Havane, torturé et assassiné des paysans qui bénéficiaient de la réforme agraire, mené des centaines de tentatives d'assassinats contre Fidel Castro.

    En 1976 la terreur atteint son point culminant : un avion de ligne cubain est abattu et 73 passagers y perdent la vie. Dans les années 90 - alors que Cuba tente de développer son secteur touristique pour contrer l’aggravation du blocus économique - ce sont cette fois des hôtels, des centres touristiques, autobus, aéroports et autres installations de vacances qui deviennent la cible d’une série d’attentats à la bombe.

                          La réponse cubaine

    Malgré toutes ces attaques, le gouvernement castriste est toujours en place et les Cubains ne vivent pas dans la peur. Curieusement, on ne voit pas de tanks ni de véhicules militaires dans les rues, pas de soldats armés patrouillant à l'aéroport, pas de vigiles aux entrées des bâtiments publics… On aurait pu s’attendre à ce que les autorités proclament régulièrement l’état d’urgence pour des semaines ou des mois, ou qu’elles mettent régulièrement à l’arrêt les transports publics, qu'elles interdisent les compétitions sportives, ferment temporairement les écoles, suspendent en permanence les libertés... Non, les Cubains vont et viennent librement alors que la menace terroriste n'est jamais très loin même encore maintenant.

    Ce n’est pas que Cuba prenne la menace terroriste à la légère ou fasse preuve de laxisme envers les actes terroristes potentiels. Bien au contraire, depuis 1959, la lutte anti-terroriste reste la priorité absolue du gouvernement cubain. Pour ce faire les autorités cubaines ont actionné quatre leviers : l'éducation, la vigilance, le renseignement et l'infiltration.

    L'éducation est un secteur privilégié et même pendant la dure «période spéciale» (1) les budgets de l'éducation et de la santé n'ont pas été diminués. Chaque enfant cubain peut accéder à l'éducation qu'il souhaite, aller aussi loin qu'il veut dans ses études. L'enseignement de l'Histoire et de l'éducation civique tient une place importante, l'amour de la patrie est exalté mais ce patriotisme est humaniste et populaire. Les jeunes accomplissent deux ans de travail au service de la Nation (service social ou service militaire). On voit encore écrit sur les murs : « La PATRIE ou la MORT », slogan scandé pendant les premières années de lutte révolutionnaire.

    La vigilance de tous les citoyens : Les CDR (Comité de Défense de la Révolution), organisation de masse qui regroupe plus de 7 millions de Cubains, ont été créés le 28 septembre 1960 par Fidel Castro. Ces CDR ont permis de déjouer des sabotages, des attentats à la bombe. Ils ont aussi prouvé leur efficacité dans d’autres situations graves. Ainsi cette implication citoyenne rigoureuse fait que l'on déplore très peu de victimes lors du passage des cyclones, phénomènes fréquents et dévastateurs. (2)

    Cuba s’appuie sur sa population pour défendre le pays d’une éventuelle invasion militaire. Aujourd’hui, aux côtés de l’armée régulière, le système défensif peut compter sur deux millions de Cubains qui sont sur le pied de guerre dans les 48 heures. Ces volontaires reçoivent un entraînement annuel et savent où aller s’armer le cas échéant.

    Enfin le renseignement et l'infiltration : c’est précisément ce que « les Cinq de Cuba » (3) ont accompli pendant les années 90. Ils ont infiltré les groupes anti-castristes les plus violents vivant en Floride afin de collecter le maximum d’informations et de pouvoir déjouer des attentats. Ils ont ainsi pu en empêcher une bonne centaine. Ce genre d’infiltration est particulièrement risqué, les terroristes  n’hésitant pas à assassiner renégats ou infiltrés. De plus, s’ils sont démasqués, les infiltrés risquent de lourdes peines de prison aux Etats-Unis. C’est ainsi qu’en 2001 les Cinq agents anti-terroristes cubains furent condamnés collectivement à quatre fois la perpétuité plus 77 ans. Ils ont été libérés en 2014 dans le cadre d'un échange de prisonniers à la faveur de la reprise des relations diplomatiques entre les Etats-Unis et Cuba.

    Notes :

    (1) La « période spéciale » (de 1991 à 2000 environ) est la période qui a suivi l'effondrement de l'Union Soviétique causant une chute de 35 % du produit intérieur brut de Cuba. Les Cubains ont beaucoup souffert: plus de pétrole, coupures d'électricité, restrictions alimentaires etc... La croissance est revenue grâce à la coopération avec le Venezuela de Chavez (échanges pétrole contre médecins et éducateurs).

    (2) Le terrible cyclone (2012) qui a dévasté la deuxième ville du pays, Santiago de Cuba, a causé des millions de dollars de dégâts mais seulement 9 victimes .

    (3) On désigne par «Les cinq de Cuba » Geraldo Hernández, Ramón Labaňino, Antonio Guerrero, Fernando González et René González. Ces cinq hommes avaient pour mission de tenir le gouvernement cubain informé des projets d'opérations meurtrières afin d'empêcher autant que possible qu'elles n'aboutissent. Ils ont été arrêtés en 1998 en Floride et accusés de complot et d'espionnage en vue de commettre des assassinats et de porter atteinte à la sécurité des Etats-Unis. La juge leur a infligé les peines maximales, ce qui révèle bien la hargne des Etats-Unis à l’encontre de Cuba.

    Source: http://www.pathfinderpress.com/Les-Cinq-Cubains-Militant

     

    http://ms21.over-blog.com/2016/01/cuba-un-pays-qui-sait-faire-face-au-terrorisme.html

     


    votre commentaire