• ,

    « 12 Minutes » : la web-série qui s’invite

    au cœur des actions militantes

    19 mars 2016 /

    Face à une bureaucratie souvent lente et à des lois

    parfois à contre-courant de l’intérêt collectif, des

    citoyens du monde tentent d’apporter leur aide en

    proposant des actions concrètes, à leur échelle.

    Grâce à des manifestations publiques ou des

    actions individuelles, au sein d’un collectif humanitaire

    ou de façon autonome, ces hommes et ces femmes

    donnent de leur temps pour des causes qui leur

    semblent justes et fondamentales. Le photographe

    et réalisateur Dakota Langlois s’est donné pour

    mission de documenter ces initiatives engagées

    et inspirantes dans sa web-série documentaire

    « 12 Minutes ».

     

    Dakota Langlois est un vidéaste français de 29 ans,

    originaire de Lyon. Engagé et militant pour les causes

    sociales, animales et environnementales, il a choisi de

    mettre à profit sa maîtrise des techniques audiovisuelles

    pour interpeller l’opinion publique sur des sujets de

    terrain. Il a alors créé la série « 12 Minutes », un nouveau

    concept de web-documentaire mensuel qui donne un

    temps de parole aux véritables acteurs du changement

    et aux oubliés du monde moderne, trop souvent délaissés

    par les médias.

    ...

    « Au final, on est tous SDF quelque part… »

    – Youcef, Episode 3

     

    La série a vu le jour au mois de janvier 2016, et trois épisodes

    sont d’ores et déjà disponibles gratuitement sur Youtube.

    Ainsi peut-on suivre de l’intérieur les combats menés par

    l’association 269Life, protectrice des animaux, ou par la

    Croix-Rouge, qui aide les sans-abris pour que chaque

    hiver soit un peu moins rude. Mais, dans le tout premier

    épisode, on peut aussi suivre le quotidien d’Atika,

    qui se bat de façon totalement autonome, avec son

    maigre salaire, pour nourrir les centaines d’animaux

    domestiques abandonnés dans la ville de Rabat,

    au Maroc.

    Des images touchantes par leur sincérité et leur vérité,

    qui plongent le spectateur au cœur des actions menées par ces nouveaux héros ordinaires. Sans jugement, sans fatalité, Dakota

    Langlois représente alors une société lucide et désenchantée,

    celle-là même qui a choisi de faire de sa vie un combat pour

    vivre dans un monde plus juste. De manière générale, les

    prises de vue sont saisissantes et le montage de grande

    qualité, sans commentaire, à la manière d’un traditionnel

    « Strip-tease« , l’émission qui déshabille…

    ...

    « Ils ne trichent pas, ils m’aiment de bon cœur…

    Et moi aussi je les aime »

    – Atika, Episode 1

     

    Vous pouvez ainsi voir ou revoir tous les épisodes de

    « 12 Minutes » en vous rendant sur la chaîne Youtube

    dédiée, et vous renseigner sur la prochaine sortie des

    épisodes sur la page Facebook. Ce projet étant entièrement

    indépendant, vous pouvez également soutenir leur équipe

    en faisant un don ici. Une très belle initiative qui, on l’espère,

    encouragera d’autres élans de solidarité de ce genre.


    Source : Interview de Dakota Langlois par www.mrmondialisation.org

     

    https://mrmondialisation.org/12-minutes-la-web-serie-qui-sinvite-au-coeur-des-actions-militantes/


    votre commentaire
  •  

    Un musicien chante la Palestine, Djamy Ross. Sublime !

     

    .

     

     

    Un musicien chante la Palestine, Djamy Ross. Sublime ! .

     

    .


    votre commentaire
  •  

    .

    gif-anime-chat-souris-jeu

    .

     


    votre commentaire
  • ,

    Pardon pour les caractères si petits, si je les grandis, les lignes se chevauchent, c'est illisible (eva)

    Antonio Maceo ( 1845- 1896) Héros de la lutte pour l'indépendance
     

    Cuba: un pays qui sait faire face au terrorisme

    Pour le MS21, les événements tragiques que la France a connus ces derniers mois doivent nous inciter à regarder comment et avec quel succès d’autres pays ont géré des circonstances analogues. A cet égard Cuba est emblématique car ce pays vit depuis  56 ans sous la menace d'attentats terroristes. Alors voyons simplement comment vivent les Cubains confrontés à cette menace permanente. Il ne s'agit évidemment pas de prendre Cuba comme un modèle que la France devrait copier, car chaque État doit faire face  selon sa propre histoire, sa culture politique, ses institutions et ses lois. Mais en matière de sécurité aussi, il faut se garder de s’inféoder à une pensée unique souvent guidée par la peur, le court-termisme et le marché. Le texte qui suit n'a pas pour but de donner des recettes pour combattre le terrorisme, il évoque un exemple parmi d'autres …

                      Rappel historique 

    En janvier 1959, la révolution castriste a renversé et chassé le dictateur Battista; révolution qui rendit furieuses les classes dominantes cubaines et étasuniennes. Furieuses par la perte de leurs prérogatives, mais aussi et surtout par le dangereux exemple que donnait cette révolution aux yeux de millions de personnes dans le monde. Pour les riches exilés cubains réfugiés à Miami, il fallait donc à tout prix renverser ce régime honni et ils ont toujours eu le soutien des Etats-Unis pour mener ces tentatives de déstabilisation. Elles commencent dès le mois de juillet 1960 par une guerre économique : Washington cesse pratiquement toutes ses importations de sucre en provenance de Cuba. En janvier 1961 c'est la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays

    En avril 1961, 1500 mercenaires entraînés et armés par la CIA débarquent à Cuba dans la baie des Cochons afin d'envahir l'île et de renverser le gouvernement. En moins de 72 heures les envahisseurs sont mis en déroute et la plupart sont fait prisonniers. Cette victoire est celle du peuple cubain bien organisé dans des milices populaires, une armée et une police révolutionnaires.

    En février 1962 l'administration Kennedy ordonne un embargo total sur le commerce avec Cuba, embargo toujours en vigueur aujourd'hui !  

    En 1962, Cuba menacé d’invasion par Washington, se tourne vers l’URSS et accepte l’installation de missiles soviétiques. Le monde se trouve alors au bord d’une déflagration nucléaire. Après quelques jours de tension, les missiles seront renvoyés en URSS contre la promesse faite par les Etats-Unis de ne plus chercher à envahir Cuba.

    Entre 1959 et 1965, une campagne de sabotages et de terreur cause des centaines de morts dans la population cubaine. Environ quatre mille “bandidos” ont incendié des champs de canne à sucre, dynamité des entrepôts à la Havane, torturé et assassiné des paysans qui bénéficiaient de la réforme agraire, mené des centaines de tentatives d'assassinats contre Fidel Castro.

    En 1976 la terreur atteint son point culminant : un avion de ligne cubain est abattu et 73 passagers y perdent la vie. Dans les années 90 - alors que Cuba tente de développer son secteur touristique pour contrer l’aggravation du blocus économique - ce sont cette fois des hôtels, des centres touristiques, autobus, aéroports et autres installations de vacances qui deviennent la cible d’une série d’attentats à la bombe.

                          La réponse cubaine

    Malgré toutes ces attaques, le gouvernement castriste est toujours en place et les Cubains ne vivent pas dans la peur. Curieusement, on ne voit pas de tanks ni de véhicules militaires dans les rues, pas de soldats armés patrouillant à l'aéroport, pas de vigiles aux entrées des bâtiments publics… On aurait pu s’attendre à ce que les autorités proclament régulièrement l’état d’urgence pour des semaines ou des mois, ou qu’elles mettent régulièrement à l’arrêt les transports publics, qu'elles interdisent les compétitions sportives, ferment temporairement les écoles, suspendent en permanence les libertés... Non, les Cubains vont et viennent librement alors que la menace terroriste n'est jamais très loin même encore maintenant.

    Ce n’est pas que Cuba prenne la menace terroriste à la légère ou fasse preuve de laxisme envers les actes terroristes potentiels. Bien au contraire, depuis 1959, la lutte anti-terroriste reste la priorité absolue du gouvernement cubain. Pour ce faire les autorités cubaines ont actionné quatre leviers : l'éducation, la vigilance, le renseignement et l'infiltration.

    L'éducation est un secteur privilégié et même pendant la dure «période spéciale» (1) les budgets de l'éducation et de la santé n'ont pas été diminués. Chaque enfant cubain peut accéder à l'éducation qu'il souhaite, aller aussi loin qu'il veut dans ses études. L'enseignement de l'Histoire et de l'éducation civique tient une place importante, l'amour de la patrie est exalté mais ce patriotisme est humaniste et populaire. Les jeunes accomplissent deux ans de travail au service de la Nation (service social ou service militaire). On voit encore écrit sur les murs : « La PATRIE ou la MORT », slogan scandé pendant les premières années de lutte révolutionnaire.

    La vigilance de tous les citoyens : Les CDR (Comité de Défense de la Révolution), organisation de masse qui regroupe plus de 7 millions de Cubains, ont été créés le 28 septembre 1960 par Fidel Castro. Ces CDR ont permis de déjouer des sabotages, des attentats à la bombe. Ils ont aussi prouvé leur efficacité dans d’autres situations graves. Ainsi cette implication citoyenne rigoureuse fait que l'on déplore très peu de victimes lors du passage des cyclones, phénomènes fréquents et dévastateurs. (2)

    Cuba s’appuie sur sa population pour défendre le pays d’une éventuelle invasion militaire. Aujourd’hui, aux côtés de l’armée régulière, le système défensif peut compter sur deux millions de Cubains qui sont sur le pied de guerre dans les 48 heures. Ces volontaires reçoivent un entraînement annuel et savent où aller s’armer le cas échéant.

    Enfin le renseignement et l'infiltration : c’est précisément ce que « les Cinq de Cuba » (3) ont accompli pendant les années 90. Ils ont infiltré les groupes anti-castristes les plus violents vivant en Floride afin de collecter le maximum d’informations et de pouvoir déjouer des attentats. Ils ont ainsi pu en empêcher une bonne centaine. Ce genre d’infiltration est particulièrement risqué, les terroristes  n’hésitant pas à assassiner renégats ou infiltrés. De plus, s’ils sont démasqués, les infiltrés risquent de lourdes peines de prison aux Etats-Unis. C’est ainsi qu’en 2001 les Cinq agents anti-terroristes cubains furent condamnés collectivement à quatre fois la perpétuité plus 77 ans. Ils ont été libérés en 2014 dans le cadre d'un échange de prisonniers à la faveur de la reprise des relations diplomatiques entre les Etats-Unis et Cuba.

    Notes :

    (1) La « période spéciale » (de 1991 à 2000 environ) est la période qui a suivi l'effondrement de l'Union Soviétique causant une chute de 35 % du produit intérieur brut de Cuba. Les Cubains ont beaucoup souffert: plus de pétrole, coupures d'électricité, restrictions alimentaires etc... La croissance est revenue grâce à la coopération avec le Venezuela de Chavez (échanges pétrole contre médecins et éducateurs).

    (2) Le terrible cyclone (2012) qui a dévasté la deuxième ville du pays, Santiago de Cuba, a causé des millions de dollars de dégâts mais seulement 9 victimes .

    (3) On désigne par «Les cinq de Cuba » Geraldo Hernández, Ramón Labaňino, Antonio Guerrero, Fernando González et René González. Ces cinq hommes avaient pour mission de tenir le gouvernement cubain informé des projets d'opérations meurtrières afin d'empêcher autant que possible qu'elles n'aboutissent. Ils ont été arrêtés en 1998 en Floride et accusés de complot et d'espionnage en vue de commettre des assassinats et de porter atteinte à la sécurité des Etats-Unis. La juge leur a infligé les peines maximales, ce qui révèle bien la hargne des Etats-Unis à l’encontre de Cuba.

    Source: http://www.pathfinderpress.com/Les-Cinq-Cubains-Militant

     

    http://ms21.over-blog.com/2016/01/cuba-un-pays-qui-sait-faire-face-au-terrorisme.html

     


    votre commentaire
  •  

    bachar-el-assad.jpg

     

    Bashar-el-Assad, un grand dirigeant adoré de son peuple (88% des Syriens ont voté pour lui lors des dernières élections transparentes selon les Observateurs), un résistant exceptionnel qui tient tête, avec son armée, à des dizaines de pays ligués contre lui, et qui fera date dans l'Histoire des peuples (pas dans celle des pays de l'OTAN et de ses alliés, crapules fourbes) ; Assad, un homme avisé, médecin humaniste, cultivé, tolérant, calme, déterminé, souverainiste, engagé dans des causes justes (comme la défense du peuple palestinien), prêt à donner sa vie pour son peuple. La Syrie était un pays moderne, prospère, sans pauvres, et multi-confessionnel, respectueux des convictions de chacun (autres que fanatiques et obscurantistes). Un Etat fort, souverain, anti-sioniste, unissant Chiites, Sunnites, Alaouites, Chrétiens...  bref à abattre pour l'OTAN (et ses sbires terroristes ou pas).

    Et une épouse merveilleuse, femme de coeur qu'aujourd'hui, je tiens à saluer en même temps que son mari, l'armée Syrienne, et le peuple syrien. eva R-sistons (chantal dupille)

     

    Personnalité de l’Année 2015…

    De : Les grosses orchades, via Contre-courant

    « Je sais qu’on n’y gagne rien à prouver à des gens qui se sont trompés qu’on ne s’est pas trompé comme eux.

    La raison est inutile avant l’évènement, et odieuse après. »

    Rivarol

    L’année dernière dans ce blog, la personnalité 2014 élue était Vladimir Poutine.

    ob_43c367_ob-6d059c-ob-2b55db-putin-rt-feb14

    Cette année, encore plus que la précédente, le rôle de cet « Homme d’Etat » remarquable, a été si capital dans la préservation de la paix dans le monde, son évolution géopolitique inéluctable vers l’édification d’une « multipolarité », malgré toutes les provocations à son encontre et à celle de son pays, que le choix devrait lui revenir !…

    Mais, pour préserver le « principe démocratique » de ne pas élire deux fois de suite la même personnalité, nous plaçons « Hors Concours » cet homme éminent qui marquera l’Histoire. Ce sera donc, à défaut, une autre personnalité.

    Mais aussi méritante qu’exceptionnelle sur d’autres plans, bien que moins connue de l’opinion publique internationale, surtout française.

    Une femme.

    Pour laquelle j’éprouve une profonde admiration. Et, je n’ai pas pour habitude de gaspiller mon admiration…

    La personnalité de l’Année 2015 élue, à l’unanimité de mon unique voix, dans une assourdissante « standing ovation » de mes deux mains et deux pieds, est :

    Madame Asma al-Assad

    Oui, l’épouse du président de la Syrie : Bachar al-Assad.

    ob_608293_mme-a-ad-6

    Evidemment. Vociférations des tâcherons fanatisés du « lavage de cerveaux » : « Sacrilège !… Blasphème !… ».

    Dans la propagande occidentale, celle de l’oligarchie de notre pays étant l’une des plus acharnées, le président syrien Bachar al-Assad est diabolisé en épouvantail : un dictateur sans foi ni loi. Au point de lui dénier « le droit de vivre sur cette terre »…

    Car seuls, dans la région, « ont le droit de vivre » et prospérer les tyrans des pétromonarchies intronisés par nos castes au pouvoir. Normal, nos oligarques y confortent, moyennant et monnayant « leur protection » comme dans les films de gangsters, l’inépuisable fontaine de jouvence de leurs niveaux de vie et richesses personnelles. Et, l’avenir de leurs progénitures…

    L’épouse du président syrien n’a pas été épargnée par ce déluge de délires. Au contraire. Elle a été la première visée.

    Je séjournais à Londres, quand avait commencé une campagne de diffamation contre elle, dans les journaux britanniques. Jusque dans un quotidien, parmi les plus modérés dans l’hystérie atlantiste, The Guardian. La faisant passer pour une Messaline, mégalomane et dépensière. Ivre de luxe, de faste et d’argent jeté par les fenêtres.

    Aux antipodes de ce qu’elle est, dans la vie courante.

    A l’opposé des courtisanes, corrompues et putassières qui, en Europe, se marchant sur les escarpins, encombrent couloirs, moquettes, canapés et strapontins ministériels de nos royautés d’opérette, républiques et autres démocraties moralisatrices, agonisant sous les Lois et Décrets d’Exception, au nom de la protection des Droits de l’Homme… Réduites, dans la suppression de leurs Libertés Publiques, à de pitoyables colonies bananières à la botte des milliardaires dépravés et sanguinaires du Congrès des USA, de l’Arabie Saoudite et du Qatar.

    ob_7a0416_asma-1

    Les clichés de cette campagne apparurent simultanément, tels des popcorns sautant dans une casserole, dans tous les pays de l’OTAN. De février à mars 2012, ce fut la crue, un torrent de boues.

    J’avais réagi dans un billet du 20 novembre 2013, sur ce formatage de l’opinion publique. (1)

    Vous ne vous en souvenez peut-être pas, mais c’est à ce moment-là que furent édités à grands roulements de tambour dans chaque pays membre, sous la signature de journaleux autoproclamés « historiens-biographes » par nos médias, des livres sur les « femmes de dictateurs« … Tous écrits par des femmes du « terroir », (française en France, britannique en Grande-Bretagne, danoise au Danemark, etc.) pour donner crédibilité, peut-être, ou consistance, à la bouillie concoctée dans les chaudrons de la propagande.

    Asma al-Assad, en un tour de main de ces cuistots de la désinformation, se retrouvant avec son époux, par assimilation ou amalgame, carbonisée dans un tourne broche à la Jérôme Bosch, en horrible créature sortant de l’Enfer de ce peintre néerlandais du XVI° siècle aussi génial qu’halluciné. Associée, entre autres à : Hitler !…

    Pas de demi-mesure…

    Un exemple ?… La célèbre journaliste américaine Joan Juliet Buck allant jusqu’à conclure un article dans l’hebdomadaire Newsweek, en juillet 2012, qu’en fait Asma al-Assad était bien (2) :
    « The « First Lady of Hell » » : « La Première Dame de l’Enfer »…

    Alors qu’un an auparavant, reçue comme une sœur au sein même de la famille présidentielle, pendant une longue période, avec le sens de l’hospitalité que l’Orient réserve à ses hôtes, cette journaliste avait écrit un article particulièrement admiratif à l’égard d’Asma al-Assad. Publié dans le magasine Vogue, en mars 2011, intitulé :

    « Une Rose dans le Désert ». (3)

    Mais, entretemps, la roue avait tourné : le saccage de la Syrie avait été décidé. Joan Juliet Buck, contrainte de renier ce qu’elle avait déclaré un an avant, dans une humiliante soumission. Et Vogue, après avoir licencié sa collaboratrice depuis de nombreuses années, obligé d’effacer cet article de son site !… (4)

    De l’éloge à la calomnie : admirons la souplesse d’échine de ces professionnels de l’information…

    Liberté d’Opinion…  Liberté d’Expression…

    ob_f6e638_mme-a-ad-10

    Les « observateurs éveillés » comprirent alors, au vu de ces torchons de calomnies, que le « top chrono » de la destruction de la Syrie venait d’être donné.

    La Libye enfin plongée dans le chaos après l’Irak et la partition du Soudan, le plan  Oded Yinon énonçant son démembrement dès 1982 démarrait officiellement.

    Avec pour première cible, son symbole le plus aimé et respecté : l’épouse du président de la Syrie.

    ob_279124_mme-a-ad-5

    C’était aussi un signe, une menace, cyniquement adressés au président Syrien : il ne serait pas épargné ; ni lui, ni sa femme, ni ses enfants. Lui promettant à mots « à la Fabius« , ou en langage mafieux, à peine couverts, le même sort sadique infligé à Kadhafi et sa famille.

    Dès le début des agressions armées contre le pays, la propagande entretenait la rumeur que le président et son épouse s’étaient réfugiés à Moscou, afin de provoquer la panique dans le pays. Ce qui était faux. Les Syriens le savaient. Ils restaient avec leurs trois enfants, unis, solidaires : au milieu du peuple. Sous les bombes des milices et mercenaires de l’OTAN.

    ob_e44f8b_mme-a-ad-3

    Nos propagandistes ont pour fonction de présenter les désirs, ou les délires, de nos oligarchies pour la réalité. Qui n’est pas celle des nations qu’elles saccagent, pillent et souhaitent asservir.

    Menaces, intimidations, n’ont aucune prise sur des personnalités de la trempe d’Asma El Assad.

    C’est ignorer, en premier lieu, sa solide éducation familiale. Son brillant parcours professionnel, aussi, qui n’est pas celui d’une gratteuse de guitare sans voix, avant de devenir l’épouse d’un homme qui n’était qu’un étudiant en ophtalmologie quand elle l’a connu à Londres.

    Londres, sa ville de naissance. Elle y travaillait dans la banque d’investissements internationaux, après avoir terminé ses études en sciences informatiques et littérature française. Se spécialisant dans les entreprises du secteur de la pharmacie et des biotechnologies.

    ob_99f8dd_mme-a-ad-8

    Ses parents, sa famille, sont originaires de Homs. Dans les ravages actuels, une des villes martyrs de la Syrie.

    De confession sunnite, son mari est un Alawite (ou Nusayrî), mouvement religieux rattaché au chiisme. Preuve vivante que la propagande sur la haine entre sunnites et chiites est totalement fausse. Mais argument inépuisable des idéologues de la prédation occidentale au Moyen-Orient, pour y instaurer le chaos et le piller dans « La Bonne Conscience« . (5)

    Comme tous les patriotes syriens, elle fait front et se dépense sans compter.

    Pour donner l’exemple de la solidarité, et entretenir l’espoir. Réconfortant les orphelins et les veuves, ou les mères de soldats, de cadres, ingénieurs, enseignants, personnels qualifiés du pays, particulièrement visés par les tueurs occidentaux…

    ob_51dcde_mme-a-ad-9

    Les dévastations infligées par les pays occidentaux ont provoqué jusqu’à présent 300 000 morts, des milliers d’orphelins et de veuves. Des blessés et traumatisés par centaines de milliers, au minimum : un million. Plus de 10 millions de personnes déplacées ou sans abris…

    Pillage des ressources pétrolières… Pillages des usines, des milliers ont été démontées et expédiées par camions en pièces détachées pour être vendues en Turquie… Pillage des inestimables trésors historiques…

    Destructions, ruines, déprédations, tueries… Immenses, colossales…

    Et, ce n’est pas terminé…ob_746b75_syria-the-remains-of-deir-el-zour

    La grande préoccupation d’Asma al-Assad est celle de la scolarisation des enfants, dont tout est fait pour que plusieurs générations ne puissent pas être instruites. Les enfants étant une des cibles privilégiés des guerres coloniales occidentales, afin d’annihiler les résistances des pays à spolier.

    Les pays de  l’OTAN, sans mandat de l’ONU, ni accord ou invitation du gouvernement légitime, bombardent actuellement le pays, venant soutenir leurs mercenaires en débandade. Aveuglés par leur mégalomanie de vouloir s’emparer de toutes les ressources et du potentiel de la région, des pipelines ou gazoducs actuels et futurs, des espaces aériens, des voies navigables, et des domaines côtiers. Piller, démembrer sont leurs obsessions.

    Ils n’y arriveront pas. Tous les rêves coloniaux se briseront en ce siècle.

    La Syrie résiste et résistera. Symbole de résistance, elle est devenue le Stalingrad du Moyen-Orient face aux prédateurs occidentaux.

    Homs, Alep, Deir er-Zour, en sont de terribles et inoubliables témoignages. La garnison de l’académie et base aérienne de Kweres  a résisté pendant près de trois ans, à un siège des mercenaires de l’OTAN. Venant de se libérer victorieusement, ces jours derniers.

    L’espoir est là, plus que présent.

    La Syrie sera reconstruite, encore plus belle. Les vestiges innombrables, héritages de toutes les religions et civilisations qui l’ont forgée, seront restaurés.

    ob_0c5b5d_mme-a-ad-11

    Pour terminer ce billet, je me permettrai un mot en hommage à cette personnalité exceptionnelle, magnifique symbole, elle aussi, de cette résistance :

    « Madame,

    « Vous êtes si lumineuse de générosité, que votre bonté, votre douceur, votre courage, foudroient, même rendus aveugles de leurs carnages impunis pour ne pas le percevoir, les immondes salopards, criminels aussi cyniques que cruels, hypocrites prêcheurs du « Développement Durable » et de « La Démocratie » pour la planète, qui, dans leur délire de dévastation et de prédation de votre Pays, vous calomnient et souhaitent votre disparition… 

    « Ils le savent. Ils en ragent.

    « Face à leur entreprise diabolique, à l’exemple des autres femmes de votre Nation, Vous êtes un des plus solides remparts de l’éternelle Syrie. »

    ob_1646a6_mme-a-ad-4

    1.  Georges Stanechy, Syrie : Un Homme d’Etat, 20 novembre 2013, http://stanechy.over-blog.com/2013/11/syrie-un-homme-d-etat.html

    2. Newsweek-The Daily Beast, “Syria’s Fake First Family” [La Fausse Famille Présidentielle de Syrie], 30 juillet 2012.

    3. Joan Juliet Buck, A Rose in the Desert, Vogue, Mars 2011. Récupéré après son effacement du site Web de Vogue et mis en ligne, en septembre 2013, par Gawker.com avec le lien http://gawker.com/asma-al-assad-a-rose-in-the-desert-1265002284

    4. Paul Farhi, Vogue’s flattering article on Syria’s first Lady is scrubbed from Web, 25 avril 2012, http://articles.washingtonpost.com/2012-04-25/lifestyle/35454509_1_asma-al-assad-bashar-al-assad-syrian-opposition-groups

    5.  Parmi les plus zélés joueurs de castagnettes de cette désinformation, en France, citons les « islamologues » de service : Gilles Kepel, Antoine Sfeir, et tutti quanti

    source: http://stanechy.over-blog.com/?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

     

    http://reseauinternational.net/personnalite-de-lannee-2015/

     

    Coup de coeur pour la femme de Bashar-el-Assad

    Le vrai Bachar-el-Assad, à contre-courant + vidéo Bachar à visage découvert

    (..) Pour moi, on reconnaît les dirigeants qui aiment vraiment leur pays, comme Salvador Allende, Kadhafi, ou Bachar-el-Assad : Ils ne fuient pas, ils ne se laissent pas acheter ou corrompre, ils meurent les armes à la main pour défendre le pays qu'ils représentent. Allende et Kadhafi ont cru au socialisme, Bachar-el-Assad a cru au progrès éclairé, à la laïcité, à l'unité de son pays, à sa souveraineté, surtout. (..) Voir la vidéo "Bachar-el-Assad" à visage découvert, d'Arte. Bachar el Assad déclare : "J'ai choisi d'être médecin. C'est en rapport avec l'être humain, pas avec l' ordi. Le médecin s'occupe de la santé. C'est un métier HUMANISTE, une vocation". Bachar et sa femme sont sincèrement attachés aux idéaux de liberté et de progrès, mais pas au sens caricatural de l'Occident. Et si Bachar voulait ouvrir l'économie de son pays, c'était en la régulant pour qu'elle garde son humanité -  au service de ses concitoyens, encore et toujours !  (..)

     

    Difficile de voir la vidéo d'Arte (qui il y a quelques années ne déformait pas tout, sans BHL), tout est fait pour la masquer ! Car elle contredit l'Arte d'aujourd'hui...

     

    A visage découvert (Arte, 2003 ?) : Bachar el Assad avant que l'Occident ne le cible pour aligner la Syrie sur ses diktats, la dompter, la piller (gaz..), et l'utiliser comme rampe de lancement d'attaques contre l'Iran prochaine nation souveraine visée. En embuscade, israêl et son appétit de grand israël (eva)

     

    La vidéo d'Arte est restée sur l'un de mes blogs, R-sistons à l'intolérable (aujourd'hui dénaturé, avec tous les autres blogs, par over-blog depuis février 2015 : Présentation ôtée avec la célèbre Mona Lisa tirant la langue, et puis liste complète et détaillée d'articles, etc) ; R-sistons, site qui m'a fait connaître du grand public (alors environ 1.000 visiteurs uniques par jour, mais un blog que j'ai créé ensuite, sos-crise, atteignait lui près de 5.000 visiteurs uniques par jour)

    http://r-sistons.over-blog.com/article-bachar-el-assad-rehabilite-a-contre-courant-et-video-a-visage-decouvert-109556760.html

     

     

     

    J'ai fait une vidéo sur la Syrie, le lien (en note) ne renvoie plus à la vidéo, il n'est même plus cliquable !

    http://www.dailymotion.com/video/xttyh3_r-sistons-video-8-syrie-tout-ce-qu-on-ne-vous-dit-pas-sur-cette-guerre_news

    Et dire qu'Arte s'évertuait à faire oublier son document Bashar El Assad à visage découvert ! Avec moi, c'est raté ! Je vous convie à le voir, cordialement, eva

    A visage découvert : Bashar El Assad
    52:01

     

    Si cette vidéo Arte sur mon blog  R-sistons disparaît à son tour, essayez

    http://www.dailymotion.com/video/xsq9jl_a-visage-decouvert-bashar-el-assad_webcam

     

    ou ici en 4 parties

    http://www.egaliteetreconciliation.fr/A-visage-decouvert-Bachar-el-Assad-7918.html

     

    ou extrait,

    https://www.youtube.com/watch?v=sR-TbIKl0vg

    part 2, on y dit qu'Assad circule sans escorte !!!! Et nos dirigeants de merde ?

     

    Sur mes articles, on ne voit plus la vidéo Arte non plus, pire dans l'un d'eux, toute la partie sur ce sujet a sauté, avec la vidéo ! Qui a censuré cela ? Over-blog, le Gouvernement, des sionistes ?

    Bachar-el-Assad un dictateur, ou un combattant de la ..

    La guerre contre la Syrie pour les "Nuls" (Chantal Dupille ... 

     

    Ici on ne voit plus la vidéo arte !

    A visage découvert : Bachar el-Assad - Agoravox TV 

     
     
    Tout est fait sur Google pour la gommer ! Elles sont belles, nos "démocraties" !

     

     


    1 commentaire